Virginie Otth, Cécile Monnier, Nicolas Savary, Miguel Menezes, Isabelle Schiper, Matthias Bruggmann, Corine Cretton, Adrien Cater & Julie Lang

adresse & accès

association

dès 13.09.2021

Le certificat COVID est obligatoire pour les établissements de loisirs et manifestations culturelles.


Afin de reçevoir les informations sur nos évènements par e-mail, inscrivez-vous à notre mailing liste:







s/d sur facebook

s/d sur instagram

Programme 2021

1 mars:
Adrian Fernandez Garcia

23 avril:
Anaïs Defago &
Martin Jakob

4 juin:
Aelia Hazil &
Omar Mismar

8 juillet:
La love machine

23 Juillet:
Tom Bluhm

10 septembre:
Gabriela Löffel

8 octobre:
Johanna Kotlaris &
Samuel Georgy

19 novembre:
Jessica Russ

Samuel Georgy Johanna Kotlaris: YOU-TURN

Samuel Georgy
Johanna Kotlaris

YOU-TURN

Vernissage le vendredi 8 octobre 2021 dès 18h

Exposition: du 9 au 31 octobre 2021

Ouverture: samedi & dimanche
de 16h à 19h, ou sur rendez-vous


La forme labyrinthique du terrier, tout comme sa fonction, engendre toute une systématique de questions, de doutes et de rêveries. Comme en témoigne la célèbre nouvelle de Franz Kafka, il est d’emblée associé à l’idée de refuge — qui fait se sentir en sécurité — et met ainsi en tension la question des frontières et des limites (entre intérieur et extérieur notamment). Son potentiel fantasmagorique est le point de départ de cette exposition qui invite à penser les zones-limites ou barrières physiques et symboliques. Samuel Georgy et Johanna Kotlaris traitent de la notion de distance, de manière ironique, joyeuse, parfois anxieuse ou confrontante. Les artistes nous proposent de faire un pas de recul (ou de côté), pour penser ce concept de prime abord simple et pourtant si riche et complexe dans les déploiements intellectuels qu’il permet. Partant du principe que la distance renferme toujours une forme d’espace à combler — libre de projections et remplis par des vécus subjectifs — c’est cette investigation qui est donnée à voir et mise en scène au sein du lieu d’exposition.


The labyrinthine nature of the burrow, and its function, generates a whole system of questions, doubts and daydreams. As Franz Kafka’s famous story illustrates, it is immediately associated with the idea of refuge – which makes us feel safe – and thus leads to questions of borders and limits (in particular between inside and outside). The phantasmagorical potential of the burrow is the starting point for this exhibition, which invites us to think about boundary zones or physical and symbolic barriers. Samuel Georgy and Johanna Kotlaris deal with the notion of distance, in an ironic, joyful, sometimes anxious or confrontational way. The artists invite us to take a step back (or sideways), to think about this concept, which at first sight is simple and yet so rich and complex in the intellectual developments it allows. Based on the premise that distance always contains a form of space to be filled – free of projections and filled with subjective experiences – it is this investigation that is presented and staged in the exhibition space.

Samuel Georgy est né au Caire en 1994. Il est diplômé à École de design et Haute école d’art du Valais (EDHEA) en Bachelor en Arts Visuels. Il étudie actuellement à la Städelschule. Entre urgence et curiosité, son travail installatif, video, performatif et curatorial aborde avec un humour décalé les thèmes de l’autosuffisance, de l’agencement créateur d’énergies et de la formation de l’artiste dans son déplacement et son héritage vis-à-vis d’une culture et d’une société données.

Johanna Kotlaris (*1988, CH) a grandi au Tessin et est basée à Zürich. Elle est artiste, titulaire d’un BA Design de la Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam et d’un MFA Cum Laude de l’Institut Piet Zwart de Rotterdam. La pratique artistique de Kotlaris s’intéresse aux récits et sur la façon dont les frontières sont vécues, matérialisées et désintégrées. Par le biais de divers médiums, tels que la performance, le son, l’installation, la vidéo et la sculpture, elle explore comment l’interaction entre les espaces émotionnels, sociaux et physiques peut former des sentiments d’identité, d’autonomie et d’(inter)dépendance. Ses œuvres ont été présentées dans des festivals ou des institutions dans les trois régions de la Suisse et à l’étranger. Elle a reçu une bourse de la Fondation UBS pour les arts visuels, le Fonds de mécénat pour les jeunes artistes suisses du Basler Kunstverein, le prix de la Gerrit Rietveld Academie et a été artiste en résidence à l’ABA AiR Berlin Alexanderplatz par le biais de Pro Helvetia, ainsi que Rupert à Vilnius, et est actuellement artiste en résidence au BINZ39 à Zurich.

avec le soutien de:

Loterie Romande

Canton de Vaud

Ville de Lausanne

Fondation Françoise Champoud

Ernst Göhner Stiftung

Migros pour-cent culturel

Pro Helvetia